Petite histoire du groupe folklorique normand Blaudes et Coëffes de Caen

Monsieur Colin

En 1941, le Maire de Caen demanda à Édouard COLIN, d'organiser les loisirs des jeunes caennais. Ainsi naissait l'Office Municipal pour la Jeunesse. Parmi quelques activités, il pensa alors à créer quelque chose autour de la Normandie, de son histoire, de son folklore, manière de dire sans doute à l'occupant qui contrôlait tout : "nous sommes Normands, fiers de l'être, et le resterons envers et contre tout". Il alla chercher Jeanne MESSAGER, dont un ami lui avait vanté son intérêt pour la Normandie, afin de l'aider dans la réalisation de son projet.

Jeanne Messager

Jeanne MESSAGER était originaire d'Alençon. Elle était devenue musicienne, professeur de piano et accompagnatrice de chanteurs, à Paris. Dès 1927, elle avait rejoint "les Normands de Paris", association créée au début du siècle. Elle s'intéressait aux chants et aux danses de notre province. Ses compétences en musique lui permettaient de noter les musiques entendues, chantées ou jouées. Elle se documentait par ailleurs dans les archives, consultait les recherches effectuées au siècle précédent. Elle participa à la création du groupe Blaudes et Coëffes de Paris, en 1937. La guerre venue, elle vint avec son mari s'installer à Trouville, puis à Ouistreham. C'est alors qu'Édouard COLIN la sollicita.

Monsieur Colin et Madame Messager

L'activité "folklore normand" avait peu à peu diversifié ses approches de la culture normande, et à côté d'une section danse et chants, s'était développé un groupe de recherche composé d'universitaires, qui publia dès 1944 sous l'égide d'un "Comité d'Études Régionales Normandes" un ouvrage "Les Études Normandes".

Il traitait aussi bien de la géologie, de l'histoire, des études linguistiques et du régionalisme. Les auteurs avaient noms L. Dangears, Abbé Tolmer, H. Contamine, A. Marie, E. Colin, F. Lechanteur, autant de personnalités qui marquèrent de leurs empreintes la vie culturelle et universitaire caennaise dans les 20 ans qui suivirent.

Dès 1942, Jeanne Messager anima donc la section "chants et danses". L'activité de ce groupe était très étroitement liée avec celle de l'O.M.J., aidant les jeunes dans la mesure du possible. (cf : le livre d'Édouard Colin "Histoire de l'O.M.J." 1983).

A la Libération, ce groupe de fondateurs, participa très activement aux festivités de l'immédiat après-guerre à Caen.
La paix revenue, les recherches ethnographiques se poursuivirent dans un autre cadre. Madame Messager participa à l'encadrement des stages pour les Normaliens et les Normaliennes, ce qui devint le C.A.E.N. Cercle d'Action et d'Études Normandes, association toujours active.
Un premier disque fut enregistré en 1946, à l'occasion d'une grande enquête nationale sur les chants populaires.

Puis le groupe, lui aussi prit son autonomie en devenant l'association "Blaudes et Coëffes de Caen" en 1947.
Dès lors le groupe Blaudes et Coëffes n'a jamais cessé ses activités, présentant le folklore normand, partout où on lui demandait, aidant des groupes à se former, diffusant la culture régionale par des spectacles, des écrits, des expositions, des conférences, etc...

Blaudes et Coëffes de Caen fit partie de la Confédération Nationale des Groupes Folkloriques Français, pour laquelle il organisa et accueillit les premières Assises du Folklore Français en 1969, puis les Xèmes à Caen en 1978. Il participa activement à la création de la Fédération Régionale du Folklore Normand en 1966, aujourd’hui Fédération Folklorique Normandie Maine, dont Jeanne Messager fut la première présidente.

Jeanne MESSAGER anima et présida le groupe jusqu'à son décès en 1971. Elle chercha toujours à se documenter, à diversifier la présentation de la Normandie. Alain MARIE poursuivit alors sa tâche, dans le même esprit.

Le groupe a présenté son spectacle un peu partout en Normandie, mais aussi en France, depuis déjà quelques années le cap des 1000 présentations a été dépassé.

Plusieurs tournées ou participations à des festivités à l’étranger ont emmené nos « ambassadeurs du folklore normand » en Allemagne, Angleterre, Suisse, Pays de Galles, Belgique, Italie, Finlande, Hongrie, Pologne.

L’histoire du groupe a été aussi marquée par des éditions de livres ou de disques :

  • 1946, un 78 tours enregistré par la Phonothèque Nationale au cours d’une grande enquête sur la chanson traditionnelle en France. (écouter un extrait)
  • 1951, Mme Messager et M. Colin publient un livre « 25 danses normandes »,
  • 1959, un 33 tours de chants et de musiques de danses, (écouter un extrait)
  • 1964, un 33 tours Ricordi, chants et musiques de danses,
  • 1978, participation à l’enregistrement d’un 33 tours, musique et chants du spectacle « La Normandie chante et travaille »,
  • 2002, participation à l’enregistrement d’un disque compact avec l’ensemble des groupes de la fédération. (écouter un extrait)
  • 2005, Alain MARIE publie « Les auteurs patoisants du Calvados ».

Par ailleurs le groupe diffuse des cahiers à parution irrégulière sur différents travaux. Sont parus :

  1. Les chansons d’Opportune,
  2. Les coiffes à rencontres,
  3. Pirli, carambole et autres jeux en Normandie,
  4. Jeux dansés des petits Normands.

Aujourd'hui, le groupe existe toujours, comptant, bon an, mal an, une cinquantaine d'adhérents. Il produit son spectacle en France et à l'étranger, au cours de tournées, de fêtes ou de festival. Le répertoire s'est élargi à travers des recherches sur les danses, les costumes de l'époque 1900, menées il y a une trentaine d'années.

Blaudes et Coëffes anime aussi une section de folklore enfantin. Il y accueille des enfants à partir de 6 ans et les initie au rythme à la danse, aux jeux chantés et dansés, et les sensibilise au folklore normand.

Le groupe participe activement à l'encadrement de stages régionaux ou nationaux. Et depuis huit ans, il apporte son concours au Folklofleury, festival de folklore à Fleury sur Orne.